Topsites




 
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
katon enton senju Shūsen sennin asura mokuton
Derniers sujets
» Renouveau
Dim 29 Déc - 19:39 par Kurorai Rin

» P'tite question
Sam 21 Déc - 19:52 par Meian Noroi

» Fûma no Jutsu
Sam 9 Nov - 13:22 par Fûma Tarō

» P'tite question
Dim 3 Nov - 0:16 par Doc Saîto

» La rose à 10
Mer 30 Oct - 20:48 par Eikõ

» # Livret de techniques ▬ ALPHA S. GETSUREI
Mer 30 Oct - 18:25 par Meian Noroi

» The Nurse Boy [ 40 % ]
Mer 30 Oct - 17:37 par Meian Noroi

» Urakami Iori [U.C.]
Mer 30 Oct - 17:36 par Meian Noroi

» Présentation de Bakura - Jinchuuriki du Gobi
Mer 30 Oct - 17:33 par Meian Noroi

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      

Sujets similaires

Partagez | .

 Back to the Past

Déserteur d'Iwa ~ Rang B
Messages : 57
Date d'inscription : 14/09/2013
Déserteur d'Iwa ~ Rang B

Fiche de Suivi
Niveau: 10
Expérience:
42/100  (42/100)
MessageSujet: Back to the Past   Jeu 3 Oct - 17:08

Des pas lourds et discontinus retentissent au loin faisant fuir toute nature qui est encore présente dans les parages. D'après les périodiques proches, le pays cette année là était envahi par une grande vague de froid encore jamais vu. La faute au pays du Vent sûrement qui, de par sa frontière proche avec le pays de la Terre, servait de ventilateur et poussait l'air froid vers les grandes collines d'Iwa Gakure no Satô. Après plus d'une heure, les pas s'atténuaient et laissaient place à des raclements et des éternuements presque assourdissants. Les pieds traînaient, la neige se cachait dans les chaussures et le froid bientôt glaçait les pieds du vieil homme. Nous sommes en novembre et voilà deux ans et demi qu'Aishuu n'a pas revu sa terre natale. Aussi long que cela a pu paraître, le village n'avait pas changé d'allure. Ce matin, le vieillard s'était donné comme but de se fourrer sur la plus grande colline pour apercevoir le village dans un grand panorama. La vision était magnifique de là haut et c'est en arrivant que les larmes lui submergèrent les yeux. Frottant machinalement ses paupières, il finit par se racler la gorge et cracher un gros crachat dans le vide. Enfournant ses mains dans les poches, il poussa un soupire et fit demi-tour. Derrière lui, il disait à nouveau « Adieu » à sa famille et à ses amis. Et au fur et à mesure que le paysage se reculait derrière, c'était comme si on lui arrachait un bout de son coeur. Il s'était pourtant promis de ne pas verser sa larme, mais que voulez-vous ? Ce vieux est sensible ou alors peut-être regrette-il la décision d'avoir quitté Iwa ?

C’est donc avec le cœur serré et les lèvres pincées qu’il prit la direction du Tunnel de Refuge. Il y avait laissé là-bas des affaires avant son départ qu’il avait soigneusement enterré pour ne pas qu’on lui vole. Sa journée était placée sous le signe des souvenirs et il s’était juré il y a deux ans et demi qu’il reviendrait pour ouvrir cette boite et que lorsqu’il l’ouvrirait, il serait un homme changé qui avait atteint son but. Vous me direz, c’est contradictoire, Aishuu n’a pas pu remplir son objectif, il n’a fait que vagabondé depuis ces derniers mois ! Et vous n’avez pas tort, il s’est voilé la face et se dit changé. Physiquement plus que mentalement, car le vieux a encore perdu des cheveux et sa couronne qu'il gardait si fièrement perd de l'allure, même si elle reste encore conséquente. Il prit soin de l'envelopper dans un drap et il alla faire quelques kilomètres pour s'asseoir sur un tronc d'arbre qu'il déneigea pour ne pas se mouiller. Il démoula le petit trésor avec tant d'attention qu'on crut que cela dura dix minutes. Lorsqu'il eut finit, il ouvra la boite avec un seul doigt, preuve qu'il était bien temps de venir la récupérer car, elle partait en lambeau. Au fond de cette dernière, on pouvait y trouver 4-5 objets qui lui tenaient à coeur. Tout d'abord, le foulard de sa femme, décédée à cause d'un Jinchuuriki de Kumo. Le jour de son cinquante-quatrième anniversaire, sa femme l'avait quitté préférant le ciel à la terre. Il faut dire que cette dernière n'avait jamais bien eu les pieds sur Terre, elle préférait explorée l'univers à travers ses grandes longue vue. Elle trouvait fascinant le fait qu'une étoile que l'on admire du continent était peut-être déjà morte à l'heure où elle le regardait. Le sourire de sa femme était comme imprégné dans ce foulard et à chaque fois qu'il le portait à son nez, malgré qu'il soit bouché, il laissait apparaître un sourire niais digne de jeunes tourtereaux. Il l'avait rencontré lorsqu'il avait vingt-cinq ans, juste après qu'il soit rentré de la grande guerre des Shinobis. Il fut acclamé comme un héros car, il avait fait partie de la division dans laquelle l'actuel Tsuchikage était lorsqu'il rentra au village. Tout le monde était dans cet élan de joie sauf une seule. Elle. Elle était là, assit sur un banc et regardait avec mépris tous ces gens qui se réjouissaient. Un soir, alors qu'il l'avait espionné pendant quelques mois pour savoir où elle partait chaque coucher de soleil, il alla la rejoindre pour parler. A la fin de la nuit, il s'était tous les deux endormis comme dse bébés, l'un dans les bras de l'autre. Au réveil, elle était partie en lui laissant un mot.

Ce même mot, il le sortit de la boite. Conservé à la perfection, on pouvait constater que le coup de plume de la demoiselle était averti et que chaque trait de crayon n'était pas inutile. Il dut saisir le papier à deux mains car il tremblait de froid et en le saisissant ainsi, il fut comme projeté vers le passé. Il put revoir chaque moment qu'il avait passé avec elle, chaque instant à ses côtés. Il sentait son doux parfum qu'il désirait tant aujourd'hui et il ressentait la chaleur du cœur de cette fille. Finalement, il accéda enfin au jour où ce mot lui avait été déposé, au creux de sa main encore moite du fait d'avoir pris celle de cette fille toute la nuit. Il s'était levé en catastrophe et lorsqu'il fut mis sur ses deux pieds, il sentit la présence de ce morceau. Il l'ouvrit avec délicatesse et en le lisant, c'était comme la voix de sa femme qui retentissait.

« Dans l’univers, chaque étoile doit mourir. Peut-être que le soleil qui nous réchauffe aujourd’hui disparaîtra fatalement demain. Ce qui est sûr, c’est que je veux profiter des derniers instants qui nous lient avec toi. J’aimerai que l’on soit comme deux planètes en orbite l’une autour de l’autre. Tu es mon centre, mon moi intérieur. Rejoins-moi ici ce soir, je t’en prie. » Les joues rouges, il laissa contempler un sourire d’ado toute la journée au villageois qui, eux, le disaient être devenu abruti.

Il reposa le mot dans la nouvelle boite qu'il avait apporté puis saisi un troisième objet cette fois-ci bien différent des autres. C'était un morceau de pierre, ou plutôt de stèle. Le jour où il avait participé à l'expédition et où il avait trouvé le vestige du Rikudou Sennin, il avait ramassé un bout de la stèle qui était tombé au sol. Discrètement, il l'avait glissé dans sa poche et s'était juré de le garder à jamais. Pour lui, c'était bien plus qu'un bout de pierre . C'était un objectif, SON objectif. Il avait quitté Iwa pour cette raison. Mais c'était de la tristesse que l'on pouvait noter sur son visage. Les sourcils froncés, les coins de bouches qui pointaient vers le bas, le menton qui faisait la moue, pas d'erreurs, ce souvenir n'était aujourd'hui pas la bienvenue. Voilà deux ans et demi qu'il marchait en direction de son but et il n'avait encore rien trouvé. Alors, il ne s'y attarda pas et déposa le morceau à côté du bout de papier, comme pour se promettre de revenir un jour et de se promettre que cette fois, ce serait la bonne.

On se donne souvent des objectifs, des buts pour avancer. On le sait tous, notre vie prend un sens lorsque nous savons ce pour quoi nous combattons. Pourtant, il se peut que l’on se perde dans ce que l’on désire. On ne peut désirer retracer le passé et y perdurer, les défis temporels n’ont jamais été relevés. Aujourd’hui, Aishuu est tiraillé entre le désir de rejoindre sa femme qui lui manque tant et celui de reprendre ses recherches sur le Rikudou Sennin. Ici, la boite représente notre monde et chaque souvenir représente un passé que nous avons tous pu avoir. Chacun de nos passés sont liés et nous devrions pouvoir tous compter sur quelqu'un. Pourtant, Aishuu ne s’est jamais senti aussi seul qu'aujourd'hui. De son pas nonchalant, il reprend sa marche à travers le blizzard qui submerge les plaines du pays de la Terre.

Aishuu.


Back to the Past


Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» looking back over the past ~ cj
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum