Topsites




 
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
sennin senju asura katon mokuton Shūsen enton
Derniers sujets
» Renouveau
Dim 29 Déc - 19:39 par Kurorai Rin

» P'tite question
Sam 21 Déc - 19:52 par Meian Noroi

» Fûma no Jutsu
Sam 9 Nov - 13:22 par Fûma Tarō

» P'tite question
Dim 3 Nov - 0:16 par Doc Saîto

» La rose à 10
Mer 30 Oct - 20:48 par Eikõ

» # Livret de techniques ▬ ALPHA S. GETSUREI
Mer 30 Oct - 18:25 par Meian Noroi

» The Nurse Boy [ 40 % ]
Mer 30 Oct - 17:37 par Meian Noroi

» Urakami Iori [U.C.]
Mer 30 Oct - 17:36 par Meian Noroi

» Présentation de Bakura - Jinchuuriki du Gobi
Mer 30 Oct - 17:33 par Meian Noroi

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      

Sujets similaires

Partagez | .

 Changement de Cap [PV: Genshi]

Déserteur d'Iwa ~ Rang B
Messages : 57
Date d'inscription : 14/09/2013
Déserteur d'Iwa ~ Rang B

Fiche de Suivi
Niveau: 10
Expérience:
42/100  (42/100)
MessageSujet: Changement de Cap [PV: Genshi]   Mer 9 Oct - 21:13
HI NO KUNI : LE PAYS DU FEU
Arrivée au village caché de la feuille : Konoha Gakure no Satô


Au fur et à mesure que les deux Nukenins avançaient et s'enfonçaient dans ce qui semblait être une forêt, le paysage prenait une teinture fade et triste. Les arbres, pourtant éclatant de vert habituellement, donnaient peine à voir tant leur feuillage était pauvre. Chaque pas qui menait Aishuu à se diriger vers le village caché de la feuille lui rappelait la guerre qui avait opposé les villages une quarantaine d’années plus tôt. Le vieillard trainait le pas, comme pour s’empêcher d’aller plus loin dans ce pays qu’il qualifiait de maudit. Pourtant, en tant qu’objet d’étude sur le Rikudou Sennin, il était un cadeau du ciel. Mais peu importe, son pas était saccadé presque même digne d’un robot. Au plus il avançait vers la lumière du village, au plus les ténèbres envahissaient la zone. Konoha Gakure no Satô n’était pas un village à fréquenter, qui que vous soyez. La dictature qui règne dans ce pays est pire qu’inhumaine, elle avait poussé les villageois de Konoha à se révolter des années en arrière et ces derniers étaient devenus avide de sang, avide de revanche. La pauvreté qui envahit les rues est comme un fléau qui ne s’abat, étrangement, que sur les fonds du village. Le quartier où réside le Hokage sont eux très bien entretenus, voire trop bien même.
Si le vieillard connaissait si bien le village, c’est qu’en temps de guerre, il avait du l’infiltrer avec une équipe de prise d’information. Il était resté bouche-bée devant la quantité d’informations filtrée mais surtout retenues et archivée par le Hokage lui-même. C’est d’ailleurs à cause d’une information qu’il avait trouvé à Suna qu’Aishuu était aujourd’hui en direction de Yune no Udai en Kaze no Kuni. Un objet splendide résidait au sein de cette montagne, un objet descendant directement du sage des six chemins, laissé avant sa mort pour sa descendance. Un objet capable de révolutionner le monde shinobi, un objet qui rend fou Aishuu !

Lors les remparts du village caché de la feuille apparaissent enfin au loin, Aishuu fait une halte. Il s’assoit sur la branche d’un arbre et réfléchit. Le long du voyage, le vieux avait été très penseur, privant son acolyte de remarques désobligeantes. Depuis la rencontre avec cet homme, le papy était chamboulé. Il le connaissait, il en avait déjà entendu parler à Iwa auprès du Tsuchikage. Cet homme était puissant, mais il ne faisait plus partie d’Iwa. On lui avait parlé d’un homme très puissant qui, très ancré sur ses croyances et très positionnés sur la politique, avait décidé d’agir contre les temps que nous vivons. Mais aujourd’hui, voir renaître la paix serait du ressort du miracle. Les temps n’ont jamais été aussi instables qu’aujourd’hui et ça, le vieux le ressent très bien. La tension est aussi palpable qu’aux prémices de la troisième guerre des villages, chaque mauvais pas est interprété contre soi, chaque parole est transformée, amplifiée et prend une importance démesurée. Le système économique des villages est en ruine et ces derniers ne vivent que sur le dos des pauvres pour la plupart, mettons de côté Suna qui, grâce à son statut de supra-puissance, vit à l’aide de ses nombreuses ressources. Aishuu avait tendance à se poser la question de « De quel côté seras-tu quand le jour viendra ? ». Mais il n’avait pas de réponses parce qu’aujourd’hui, il était tiraillé entre l’envie de détrôner les chefs irraisonnables dans les villages et celles de s’isoler sur une île et attendre que le temps passe. Cependant, il était conscient que son grand âge le limitait et que se mettre à l’écart ne lui ferait que perdre son temps avant de mourir. Le vieux était conscient que bientôt, il allait mourir. La seule chose qu’il désirait plus que tout, c’était de s’assurer que sa famille survivait. En plus de ses rentes à vie, il leur avait laissé le trésor de la famille, un modique somme de Ryos qui leur permettraient de vivre sans être dans le besoin. Sa famille tiens … Elle lui manquait de plus en plus mais d’un autre côté, il était sans cesse poussé par ce désir de dévoiler la vérité au monde, celle que le Rikudou Sennin a prévu quelque chose pour lui, pour le monde.

Le papy descendit de la branche et passa la capuche de sa veste sur sa tête. C’est une habitude qu’il avait pris du gamin qui, au moindre pas qu’il faisait, la rabattait comme un couvre-chef. Fourrant les mains dans ses poches, poches dans lesquelles Aishuu fouillait tout en sachant qu’il n’y avait rien, le vieillard soupira.

« Bien, j’ai deux trois choses à faire près de Konoha alors si ça te dérange pas, j’aimerais qu’on se donne rendez-vous ici demain. »


Pas d’insultes, pas de vacheries. Une demande directe et polie, ce qui changeait du vieux ex-Iwajin. Il avait pour une fois peur. Ou du moins, c’était du souci qu’il se faisait parce qu’en haut de cette montagne, il savait que quelque chose d’horrible l’attendait. Et si ce n’était pas la mort, ce serait quelque chose d’encore pire. L’inquiétude le gagnait d’heures en heures parce qu’il était conscient que chaque kilomètre qui le rapprochait de ce rendez-vous le rapprochait inlassablement vers un destin qu’il tentait de repousser.

« Bien, j’y vais pendant que la nuit est encore d’actualité. J’ai pas confiance en ce pays pour y dormir »


Que s’était-il passé à Konoha pendant la guerre pour qu’il soit dans une attitude aussi angoissée. Le papy leva la main tout en marchant pour saluer son camarde et partit en direction de la fosse commune du village caché de la feuille située non-loin de l’entrée Est. Là, il s’assit entre deux rochers qui le cachaient bien assez et il médita. Qu’attendait-il ? Le vieillard avait une idée derrière la tête depuis le départ et même si le prétexte était valable, le passage à Konoha n’était pas qu’un simple raccourcit.

Le ciel prenait une allure de monochrome lorsque les dernières étoiles qui scintillaient s’éteignirent. L’Homme torturé par ses secrets ne trouve autre refuge que le silence. Il est ravagé par l’envie de crier au monde ses maux et par le désir de se taire à jamais et ne plus parler. Pour lui, le monde s’écroule et il devient une sorte de bulle où les sentiments et les émotions se coordonnent. Dans ce monde là, ce n’est pas du repos ou de l’insouciance que l’on ressentait, mais de la haine, de la colère, de la violence, la mort, la fatalité en soit. Replions-nous sur nous même et pensons à demain. Demandons-nous si, après avoir mesuré le pour et le contre, ça vaut le coup de le faire. Cherchons à justifier les grands événements qui nous secoueront. Travaillons à éviter le pire, même si pour cela, la paix devient une option.


Voir le profil de l'utilisateur
Déserteur d'Iwa ~ Rang B
Messages : 28
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 20
Déserteur d'Iwa ~ Rang B

Fiche de Suivi
Niveau: 10
Expérience:
44/100  (44/100)
MessageSujet: Re: Changement de Cap [PV: Genshi]   Ven 11 Oct - 18:14
Les rayons émanant de l'astre solaire s'infiltrèrent dans la caverne. Là, au sol, Genshi était allongé. Acculé par l'énergie et la lumière que dégageait le soleil, il se décida à ouvrir ses paupières, une à une. Il écarta les bras, lâchant un court bâillement. Son regard se jeta sur l'endroit. Le feu s'était étouffé, laissant derrière lui des résidus de bois et une fine couche de fumée. Son compagnon était déjà debout, sac sur le dos et mains dans les poches. Sagement, il attendait que son camarade ne daigne se lever. Remarquant qu'il s'était éveillé, Aishuu salua notre héros. Un bref lever de main quoi. Le vieil homme avait bonne mine se matin, il semblait motivé. Il avait du se réveiller il y a plusieurs heures vu la fraîcheur de son visage, avait-il eu une nuit agitée ? Peu à peu, Genshi se leva. Il attrapa les restes froids de la veille et ramassa sa cape. D'un simple signe de tête, il fit comprendre au vieillard qu'il acceptait de le suivre. Il apposa tendrement sa capuche sur son être, amassa une dernière fois ce qui était là, au sol et sortit. La route allait être longue.  

Au fil des pas, il découvrait un nouveau monde. Spectaculaires. Les paysages qu'il rencontra le fascinait. Après avoir rencontré cette zone emplie de poudre blanche, ce pays battu par la pluie, il voyait de nouveaux paysages. Là, dans sa cité, il n'avait jamais vu de pareils endroits. Enfermé par ce chef qui dit prôner la paix, alors qu'en réalité, seul sa longévité et sa richesse l'intéressaient. Aujourd'hui, il était un homme nouveau. Décidé à voir si, ça et-là, dans ce monde, les hommes vivent tous, amassés comme du bétail. Enfermés, cloisonnés et surveillés par de hautes entités, qui se disent dirigeantes, alors que sur le dos elles s'engraissent et s'enrichissent, provoquant la pauvreté des hommes et la chute de leur pays. En ce jour, il avait fait son choix. Abattre ces hauts responsables et rendre leur liberté aux hommes. Bien décidé à voir si le pays de la terre et sa cité de roche était un cas isolé, il se mit à suivre son acolyte. La situation était-elle identique, là bas ?

Ils s'enfonçaient. Là, dans cette forêt, alors que la nuit tombait. De longues rangées d'arbres et de buissons s'étalaient là, à perte de vue. Ces arbres qui avaient, depuis toujours, protégé l'homme. Par temps de pluie, il le couvrait, par grand soleil, il lui offrait son ombre. On raconte même qu'il est à l'origine de cet air que l'on respire. Grand allié de l'homme, il lui a toujours été fidèle. Le bois, les fruits, les légumes, tant de ressources qu'apportent les végétaux qui nous entourent. Cependant, aujourd'hui, l'avancée des humains est telle qu'abattre cette flore, qui nous aide tant, semble inéluctable. Un besoin de bois, ou un besoin d'espace selon d'autres, nul ne sait quelle est la véritable raison de l'actuelle déforestation. Genshi examinait minutieusement l'endroit qu'il fréquentait alors. Après avoir longuement fixé le paysage, il abandonna son regard sur son allié. Il était triste, s'arrêtant sans cesse pour se reposer. Sa mine était sombre, presque déconfite. Avait-il peur ? Chaque pas qui le menait vers le village était lourd. Tentait-il de repousser l'échéance ? Konoha, notre héros avait hâte de découvrir ce village.

" Bien, j’ai deux trois choses à faire près de Konoha alors si ça te dérange pas, j’aimerais qu’on se donne rendez-vous ici demain. " avait-il lâché tout en passant la capuche de sa veste sur sa tête, en fourrant de nouveau les mains dans ses poches. Il ponctuait ses dires par un soupire.

Il avait été ... poli ? Cela avait étonné le jeune déserteur. Il se contenta alors d'acquiescer, il valait mieux ne pas brusquer l'esprit du vieil homme. Cette fois c'était clair, il avait peur. Notre héros haussa les épaules, se mettant dos au vieillard. Au loin, il voyait les portes du village. Genshi s'étonna. Pas de muraille ? La sécurité de la cité était-elle si infime ? Peu à peu, il s'approcha.

" Demain, même heure. Reviens en vie, papy." cracha-t-il en partant.

L'étoile. L'étoile passait dans le ciel, lâchant une infime trainée blanche, là, l'espace de quelques instants, de quelques secondes, non : de quelques millièmes de secondes. Une fine lueur d'espoir, qui jaillit dans le coeur du marionnettiste : et si c'était lui, l'homme qui allait permettre au peuple de se libérer ? Il s'en alla, trainant des pieds. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus marcher seul, peut-être un, deux mois. Aishuu était toujours là, à ses côtés, et bizarrement cela lui paru anormal. Oui, marcher seul, il en avait perdu l'habitude. Un à un, il dirigea adroitement ses pas vers les portes. Une inscription rougeâtre scintillait sur l'épaisse porte de bois. Le feu, hein. Rusant les gardes à l'aide d'un jutsu académique, il pénétra dans l'enceinte du village. Les mots lui manquèrent, sa vue se brouilla, c'était ça, Konoha ?
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Changement de tapisseries
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» Pédagogie du changement
» changement horraire des simulations
» Parce qu'un changement s'impose!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum